Ménopause : quelle est son influence sur la sexualité ?

La ménopause est une étape de la vie des femmes qui intervient en moyenne à 52 ans. Elle marque la fin de la fertilité : les ovaires ne libèrent plus d’ovocytes chaque mois, l’endomètre ne s’épaissit plus pour accueillir une éventuelle grossesse. La ménopause se concrétise donc par la disparition des règles et une baisse significative du taux d’oestrogènes. C’est alors la testostérone, qui est l’hormone du désir, qui prend le dessus. On devrait donc avoir davantage de libido ? En théorie, oui. Mais on sait désormais que notre désir est avant tout conditionné par notre état psychique, alors ce n’est pas toujours ce qui se passe.

Nos corps changent, pas nous

De nombreuses femmes témoignent d’inconforts physiques et émotionnels plus ou moins gênants, notamment pendant la période qui précède la ménopause. En effet, les oestrogènes, participant notamment à la régulation de la température corporelle, certaines souffrent de bouffées de chaleur. Ensuite, le vagin, la vessie et le périnée sont très sensibles à ces hormones. La carence peut entrainer une sécheresse vaginale et donc éventuellement des douleurs lors de la pénétration, un relâchement du périnée qui peut provoquer de petites fuites urinaires. Et cela, bien sûr, peut avoir un impact sur les rapports sexuels, sur le désir qui peut se faire un peu paresseux. Mais ce n’est pas parce que nos corps changent qu’il faut renoncer à une sexualité épanouissante.

Le plaisir avant tout

La bonne santé sexuelle est directement associée au bien-être et c’est l’OMS (organisation mondiale de la santé) qui le dit. Et la recherche prouve que le plaisir sexuel, à fortiori les orgasmes, envoie des stimuli hyper positifs au cerveau, qui boostent le moral et... entretiennent le désir sexuel. Alors on prend soin de notre sexualité, en commençant par tenir compte de l’inconfort ou les douleurs ressenties. Il n’y a aucune raison de prendre sur soi : le sexe doit être source de plaisir et de plaisir seulement ! On en parle à son partenaire, on

(...) Cliquez ici pour voir la suite