"Le Mépris", ce film de Jean-Luc Godard qui a si mal vieilli

Canal +
Canal +

Jean-Luc Godard est décédé à l'âge de 91 ans. Hormis des interviews fleuves, un goût pour la citation littéraire et picturale, une manière unique de mettre en scène Jean-Paul Belmondo, on retiendra de ce géant du cinéma, réalisateur de A bout de souffle et Pierrot le fou, un goût prononcé pour les muses - telle Anna Karina.

Or, alors que se propageaient notamment les notions de "regard masculin" et "regard féminin", sur lesquelles revient la critique du cinéma Iris Brey dans son ouvrage Le regard féminin, celui de Jean-Luc Godard - de regard - fut volontiers passé au crible. Et plus précisément, le point de vue qu'il pointe sur les actrices. En ce sens, l'un de ses classiques devint de plus en plus contesté au fil des années : Le Mépris avec Brigitte Bardot.

Mais pourquoi donc ?

Histoire d'une polémique

A l'ère #MeToo, Le Mépris aurait-il mal vieilli ? Certaines voix le supposent. Notamment, en s'attardant sur l'une des séquences cultes du film. Celle où "BB" est allongée nue sur le ventre, détaillant au personnage de Michel Piccoli les parties diverses de son anatomie - "Tu les trouves jolies, mes fesses ?", interroge-t-elle notamment, avec désinvolture. Une leçon d'érotisme qui cache une réalité moins glamour.

Effectivement, cette séquence aurait été rajoutée à la demande du producteur américain du film, qui se serait exclamé à l'adresse de "JLG" : "Non, non, ça ne va...

Lire la suite


À lire aussi

"Les mâles du siècle", le film qui prend le pouls des masculinités après #MeToo
3 films militants et émouvants à découvrir au festival LGBTQI+ Chéries-Chéris
Elle filme les installations sportives inégales entre femmes et hommes (et ça fait mal)