“Ils m’ont fait mentir à mon fils” : le témoignage poignant de la mère de Timéo, victime d’un surdosage de médicament

Jeanne Accorsini/Pool/Bestimage

Les faits s’étaient produits en 2015. Le petit garçon de 4 ans, du nom de Timéo avait été admis à l’hôpital de Nancy, après être tombé lors d’un trajet à moto avec son père. Souffrant de douleurs aux jambes notamment, l’équipe médicale avait pourtant eu du mal à établir un diagnostic clair. "On l’a emmené au CHU de Nancy, et c’est vrai qu’au bout de trois semaines d’examens avec plusieurs possibilités de maladie (il avait de la fièvre et il boitait)… en fin de compte, ils n’ont jamais trouvé ce qu’il avait", s’est rappelée la maman de Timéo, Élodie Gaire, auprès de RTL, lundi 21 novembre 2022. C’est alors que les médecins ont décidé d’administrer de la colchicine, un anti-inflammatoire, à l’enfant. Mais, ce dernier avait été victime d’un surdosage, puisqu’en deux jours Timéo s’était vu injecté seize fois de plus, la dose normalement requise pour un enfant de son âge. Après une première nuit passée à vomir, à saigner du nez et avoir la diarrhée, c’est après la deuxième nuit que le personnel de l’hôpital a compris sa grave erreur. Malheureusement pour Timéo, qui avait par la suite été transféré en réanimation, cette prise de conscience était arrivée bien trop tard, puisque il est finalement décédé.

Alors que le procès du CHU de Nancy et trois soignantes s’est ouvert mardi 22 novembre 2022, la veille, la maman du petit Timéo a déclaré auprès de nos confrères : "On avait tellement confiance en eux, qu’on pensait qu’ils pourraient faire quelque chose et sauver notre petit garçon". De (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite