Madame Claude : focus sur une déco bourgeoise aux airs érotiques

Le biopic de la célèbre proxénète arrive sur Netflix. À cette occasion, retour sur une époque où l’érotisme avait valeur d’argument majeur dans la décoration d’intérieur.On la surnommait la « Maquerelle de la République ». Dans les années 60 et 70, Fernande Grudet, alias Madame Claude, était la proxénète la plus connue de France. Ici, les demoiselles ne sont pas tant des prostituées que des « call-girls », les clients sont des hommes d’affaires ou des politiciens et les tarifs sont forcément élevés. Pendant de nombreuses années, Madame Claude va régner telle une maîtresse femme sur cet univers aussi sulfureux que raffiné avant d’être rattrapée par la justice.À lire > Avant/après : un 34m2 aux nombreux rangements astucieuxFigure cinématographique par excellence, cette femme a l’allure de bourgeoise impeccable a a eu sa vie adaptée plusieurs fois sur grand écran. Françoise Fabian, Alexandra Stewart et désormais Karole Rocher ont eu la lourde tâche de l’incarner. Le « Madame Claude » 2.0, que signe la réalisatrice Sylvie Verheyde (« Confessions d’un enfant du siècle », avec Charlotte Gainsbourg et Pete Doherty) débarque ce vendredi 2 avril sur Netflix (distribué par Wild Bunch, il devait initialement sortir au cinéma). Si le film est plus rock’n’roll que les précédents biopics, il reste néanmoins fidèle à ce Paris des années 1970, où Madame Claude était à son apogée. Une époque où l’érotisme s’est démocratisé et est même devenu une mode pour les intérieurs bourgeois, à grands coups de pièces en velours, d’alcôves et d’éléments suggestifs.Ambiance feutréePour se concocter une ambiance rappelant les cabinets coquins de Madame Claude, l’idée n’est pas vraiment d’aller sur un érotisme premier degré. On oublie par exemple les éléments trop démonstratifs comme les néons. L’idée est plutôt d’être dans la suggestion où tout n’est que chuchotements et sensualité. On se figure son appartement comme une suite d’alcôves où le velours va être la matière star.On le retrouve donc sur une banquette mais également sur un tapis, des rideaux ou encore l’abat-jour d’une lampe. Une fois cette matière installée un peu partout, des éléments de décoration disposés ça et là vont connoter l’érotisme. Songez ainsi au charme suranné d’un fauteuil Emmanuel, scandaleux mais également confortable, qui aura toute sa place dans un salon ou sur une terrasse si vous avez la chance d’en posséder une. Des tableaux ou un papier peint aux motifs évocateurs peuvent aussi instiller une atmosphère sulfureuse.Design rétroOutre l’ambiance feutrée et l’érotisme, le design des années 70 compose le troisième volet de la décoration inspirée de l’univers de Madame Claude. Dans le film de Sylvie Verheyde, la célèbre proxénète et ses filles évoluent dans des intérieurs raffinés et empreints de modernité. Que ce soit dans un appartement haussmannien ou dans une villa de bord de mer que n’aurait pas renié Le Corbusier, les meubles et pièces à l’allure singulière et travaillée apparaissent régulièrement.Pour s’en rapprocher, on mise sur certains détails comme une suspension à différents panneaux en rotin, que l’on trouve chez AM.PM. Dans un autre cas, un buffet rectangulaire en chêne (comme Habitat en propose) est également une bonne alternative pour un retour à l’époque de la France décomplexée et légèrement scandaleuse de Giscard d’Estaing.Vous souhaitez rendre hommage à Madame Claude ou tout simplement donner une touche érotique à votre appartement ? Voici quinze objets qui vont pimenter votre intérieur.