Made in France : les faïences de la maison Georges séduisent

Antoine Le Fur
·2 min de lecture

Fondée à la fin du XIXème siècle, la faïencerie Georges séduit par la délicatesse de ses pièces et son savoir-faire inimitable. Indissociable de la ville de Nevers, la manufacture connaît une seconde jeunesse depuis plusieurs années sous l’égide de Carole Georges et Jean-François Dumont. Visite des lieux en leur compagnie.

C’est un nom qui évoque le savoir-faire à la française. La faïencerie Georges, située à Nevers (Nièvre) est l’un des joyaux de la ville. Fondée à la fin du XIXème siècle par les frères Marest, elle est reprise en 1908 par Félicien Cottard qui trouve la « signature » de l’atelier : deux nœuds verts. Mais il faut attendre 1926 pour que la manufacture soit liée à la famille Georges. C’est en effet cette année-là qu’Émile Georges, ancien ouvrier de l’atelier, reprend l’entreprise avec son épouse Marguerite. Le début d’une nouvelle ère pour la faïencerie qui verra plusieurs générations de Georges se succéder à sa tête.

Depuis 2010, l’affaire est entre les mains de Carole Georges (arrière-petite-fille d’Émile Georges) et Jean-François Dumont. Tout en perpétuant une tradition, ces derniers apportent leur touche personnelle où l’originalité et la spontanéité s’imposent comme des ingrédients indispensables. Sous leur impulsion, les décors des fameuses assiettes deviennent assez variés. Bien sûr, il y a toujours la célèbre cathédrale de Nevers mais on trouve également des illustrations de pylônes électriques ou encore des usines. Pour Carole Georges, les décors des assiettes sont amenés à évoluer au fil des époques : « Lorsque l’on prend l’histoire de la faïencerie sur un plan national, on note qu’il y a eu un certain nombre de changements. En France, au XVIème siècle, on privilégiait les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi