Un maire condamné pour violences conjugales tente de soudoyer un journaliste

·1 min de lecture

Le maire d’Épreville-près-le-Neubourg aurait proposé de l’argent à un journaliste pour passer sous silence sa condamnation.

Jean-Christophe Pisani, maire d’Épreville-près-le-Neubourg dans l’Eure, aurait proposé de payer le journaliste qui relate sa condamnation dans « Paris Normandie » pour étouffer l’affaire. Le tribunal de judiciaire d’Évreux a condamné l’édile à cinq mois de prison avec sursis pour « violences habituelles sur conjoint suivies d’incapacité supérieure à huit jours » sur sa compagne. « Le premier magistrat de la commune d’Épreville-près-le-Neubourg n’a eu de cesse que de minimiser son rôle dans cette affaire », assure « Paris Normandie ». 

Lire aussi >>> Féminicides : « Les mesures du gouvernement vont dans le bon sens, mais il reste beaucoup à faire »

Dans un commentaire placé en bas de page, on lit que « l’élu, à la probité douteuse, n’a pas trouvé mieux que de proposer de l’argent à notre chroniqueur judiciaire pour éviter que cette affaire ne trouve place dans nos colonnes et sur notre site Internet ». La rédaction de « Paris Normandie » ajoute à la fin du paragraphe que « les quelques lignes que vous venez de lire prouvent que sa démarche est restée vaine ». 

Violences psychologiques pendant de longs mois 

Les violences auraient été commises du 1er novembre 2015 au 5 avril 2021. Le tribunal n’a finalement retenu que les faits survenus le 8 février 2021, jour où l’épouse de Jean-Christophe Pisani « s’est fait violentée », ce qui a occasionné dix jours d’ITT relate « Paris Normandie ». « Le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles