La Maison de Marion, le premier refuge pour les enfants victimes de harcèlement

·1 min de lecture

La Maison de Marion accueille depuis son ouverture, le 3 novembre 2020, parents, enfants et adultes victimes de harcèlement, pour les accompagner dans cette épreuve. Une structure unique en France, régulièrement consultée par le gouvernement.  

Tout dans la déco de la salle commune de la Maison de Marion, à Orsay dans l’Essone, est fait pour mettre à l’aise : canapés confortables ornés de coussins, grande table, chaises hautes, couleurs vives et machine à café. « Nous l’avons vraiment pensée comme un foyer, une véritable maison », explique Nora Fraisse, sa fondatrice. Cet endroit, elle y tient : c’est la concrétisation d’une mobilisation sans faille depuis la création de l’association Marion la main tendue, en 2014. « Marion », en hommage à sa fille, victime de harcèlement scolaire, qui s’est suicidée au domicile familial, le 13 février 2013. Depuis, Nora Fraisse se bat. « La vie ne m’a pas épargnée, mais j’ai choisi de vivre, déclare cette blonde à lunettes au débit de mitraillette. Je crois que j’ai une mission ! » 

Aujourd’hui, sa détermination paye : elle est régulièrement sollicitée par l’Éducation nationale, qui lui octroie aussi des subventions. Nora Fraisse siège ainsi comme membre permanent du comité d’experts chargé du projet pHARe, un programme de lutte contre le harcèlement à l’école, à l’initiative du ministère. À l’essai dans plusieurs académies, il a été étendu à l’échelle nationale à la rentrée. « Je suis très satisfaite de ce plan, se félicite Nora Fraisse. Cela a pris du temps, mais c’est un programme exigeant, ses créateurs ont compris qu’une approche globale et systémique du harcèlement scolaire était...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

 A lire aussi 

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles