Mal dormir donnerait envie de manger des cochonneries en limitant le sens de l'odorat

L'insomnie a été liée à la prise de poids. [Photo: Getty]

Une mauvaise nuit de sommeil pourrait stimuler les envies de malbouffe, d’après l’étude.

Des scientifiques de l'université Northwestern ont examiné 25 volontaires qui n’avaient dormi que 4 heures.

Ces volontaires ont eu accès à un buffet à volonté composé de beignets, de biscuits et de pizzas, et ont mangé en quantité plus importantes que les autres participants qui avaient bien dormi.

Les scans ont montré que l’activité cérébrale des insomniaques était supérieure dans la partie responsable de capter les odeurs, suggérant ainsi que cette partie était davantage sollicitée pour parvenir à détecter les odeurs, d’après les scientifiques.

Le cerveau tenterait ainsi de "compenser" cette perte d’odorat en "choisissant des aliments riches en énergie".

Le manque de sommeil donnerait envie de manger des cochonneries. [Photo: Getty]

"Il serait préférable de faire un petit détour et d’éviter le vendeur de beignets la prochaine fois que vous devez attraper un vol à 6 heures du matin", confie Dr Thorsten Kahnt, auteur principal de l’étude et professeur adjoint en neurologie.

"Ces zones cérébrales ne reçoivent peut-être pas suffisamment d'informations quand vous ne dormez pas assez. Le corps compense ainsi en choisissant des aliments avec un signal énergétique plus important”.

Les insomniaques ont souvent des problèmes de poids, et beaucoup se tournent vers les aliments gras et sucrés après une nuit agitée, confient les scientifiques dans le journal eLife.

La recherche suggère que le manque de sommeil modifie les préférences gustatives d'une personne en transformant les molécules qui régulent la consommation alimentaire.

Les scientifiques ont alors examiné 25 volontaires en bonne santé qui dormaient 7 à 9 heures, soit la durée recommandée par nuit.

Les participants ont d'abord été évalués après une nuit de repos normale. Un buffet comprenant des mini muffins, des pommes de terre frites et du pain à l'ail a été mis à leur disposition, et leur consommation a été surveillée.

Quatre semaines plus tard, les mêmes participants n’ont eu le droit de dormir que 4 heures.

Le lendemain, ils ont opté pour des aliments beaucoup plus riches en calories et gras au buffet.

L'insomnie pourrait avoir un impact sur le sens de l'odorat.

“Nous avons constaté que les participants faisaient des choix alimentaires différents", a déclaré le Dr Kahnt. "Lorsqu’ils étaient privés de sommeil, ils mangeaient des aliments à densité énergétique plus élevée, comme des beignets, des cookies aux pépites de chocolat et des chips".

Dormir 4 petites heures entraînait également une hausse des taux de la molécule 2-oléylglycérol chez les participants, une molécule qui régule l'appétit.

Les scanners du cerveau ont également indiqué une plus grande activité dans le cortex piriforme qui traite les odeurs.

Cette zone du cerveau est liée à une autre zone appelée l'insula qui recueille des informations dans le reste du corps afin de réguler l'appétit.

Le manque de sommeil pourrait modifier ce lien et encourager la consommation d’aliments riches en calories.

"Quand le cortex piriforme ne communique pas correctement avec l'insula, les aliments plus riches en énergie ont tendance à être privilégiés", a déclaré le Dr Kahnt.

“Mais, ces zones pourraient également ne pas parvenir à analyser les signaux plus affutés du cortex olfactif, ce qui pourrait expliquer cette envie de beignets et de chips".

L'insomnie toucherait environ un tiers des adultes au Royaume-Uni et aux États-Unis, selon les statistiques.

En plus d’être une source de fatigue et d'accidents, ce trouble est également lié à l'hypertension, le diabète et la dépression.