Maladie de Charcot : un champignon toxique serait à l'origine des cas en Savoie

·1 min de lecture

Entre 1991 et 2013, 14 cas de sclérose latérale amyotrophique (SLA) ont été diagnostiqués autour de La Plagne-Tarentaise, une commune de Savoie. La maladie de Charcot (c'est le nom "commun" de la sclérose latérale amyotrophique) atteint normalement entre 4 et 6 individus sur 100 000 en France : la commune savoyarde présentait donc une prévalence 20 fois supérieure à la moyenne nationale...

Ce mystère médical vient d'être résolu : selon une étude conduite conjointement par des chercheurs du CHU de Grenoble et de l'Université de l'Oregon (aux États-Unis), le nombre anormalement élevé de cas de maladie de Charcot dans la région pourrait s'expliquer par la consommation d'un champignon toxique.

Un champignon qui entraînerait une dégénérescence des neurones

Comme l'expliquent les chercheurs, qui ont publié leurs travaux dans le Journal of Neurological Sciences, le gyromitre géant (Gyromitra gigas) est un champignon très présent dans la vallée de la Tarentaise. Aussi appelé "fausse morille", ce champignon émettrait des "génotoxines" qui pourraient "induire une dégénérescence des motoneurones", favorisant ainsi la survenue d'une sclérose latérale amyotrophique.

Or, selon les travaux franco-américains, tous les malades ont consommé au cours de leurs vies ce champignon toxique : "la SLA a des causes multifactorielles mais pour nous, le champignon est un déclencheur".

Le gyromitre géant est un champignon doté d'un chapeau brun-crème (qui ressemble (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT Covid-19 en France ce 8 septembre : chiffres, annonces
Polyarthrite rhumatoïde : une nouvelle piste de traitement
Cancer du sein triple négatif : le Trodelvy est (enfin) autorisé en France
Virus Ebola : toujours présent dans l'organisme des survivants
Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur XAV-19, le médicament français qui sera disponible cet automne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles