Maladie d’Alzheimer : ce fruit de saison permettrait de réduire les risques

Jusqu'à maintenant, aucun traitement efficace n’a été découvert pour soigner Alzheimer, une maladie neurodégénérative qui touche pas moins de 900 000 personnes* en France. Pour l'heure, les médicaments délivrés permettent uniquement de ralentir la dégénérescence. En attendant l'arrivée d'un médicament miracle, des chercheurs américains ont découvert qu'un fruit, dont les Français raffolent dès l'arrivée des beaux jours, pourrait protéger notre cerveau. Il s'agit de la fraise. Riche en pélargonidine, un pigment végétal naturellement présent dans de nombreux fruits rouges, le fruit star de l'été permet de prévenir la maladie d'Alzheimer.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs de l'Université Rush de Chicago (États-Unis) ont analysé les données de santé de 575 participants décédés à l'âge de 91 ans en moyenne. Pour mesurer l'impact de la consommation de fraises sur le cerveau, leurs habitudes alimentaires enregistrées à l'aide d'un questionnaire ont été épluchées et des évaluations neuropathologiques ont été réalisées. Résultat, les participants dont l'apport en pélargonidine était le plus élevé avaient moins de charge amyloïde et moins d’enchevêtrements de tau, responsables de la maladie d'Alzheimer. Les baies rouges, en particulier les fraises, seraient riches en pélargonidine. "La consommation de fraise et de pélargonidine était associée à moins d'enchevêtrements de tau phosphorylé", concluent les chercheurs dans le Journal of Alzheimer's Disease le 19 juillet dernier.

Selon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles