Maladie d’Alzheimer : cette thérapie génique pour contrer le déclin cognitif pourrait-elle être efficace chez l’Homme ?

Près de 1 million de personnes sont touchées par la maladie d’Alzheimer en France, soit 70% des cas de démence selon l'Institut Pasteur. Cette maladie neurodégénérative qui affecte la mémoire, le raisonnement, ou encore l’apprentissage est également l’une des principales causes de dépendance chez les personnes âgées. La maladie d'Alzheimer est causée par une lente dégénérescence des neurones due à la modification de la protéine tau et à une accumulation du peptide bêta-amyloïde. L’évolution de la maladie se fait sur plusieurs années, de problèmes de mémoire à court terme, jusqu'à une perte totale d’autonomie.

Si certaines personnes sont plus exposées au développement de la maladie d’Alzheimer à cause de leur âge, de leur génétique, ou encore de leur environnement, d'autres seraient au contraire protégées.

Il y a plusieurs années, des chercheurs avaient découvert qu’une mutation sur un gène codant pour une protéine précurseur de l'amyloïde (bêta-amyloïde) présente chez moins de 1% de la population islandaise avait un effet protecteur vis-à-vis d’Alzheimer et du déclin cognitif. Dans une étude publiée le 14 juin 2024 dans la revue Molecular Psychiatry, des chercheurs du CNRS et de l’Université de Grenoble Alpes ont tenté d’injecter cette mutation chez des souris transgéniques conçues pour mimer la maladie d’Alzheimer.

A l’issue de leurs travaux, les chercheurs français ont conclu que l’administration de cette protéine modifiée protégeait le cerveau des souris des dysfonctionnements (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite