Maladie d'Alzheimer ou "démence sénile", quelles différences ?

Complexe et mystérieuse, "la mémoire est une faculté qui oublie".

Cette affirmation, valable chez tout un chacun sur le plan psychique (sélection des informations, déni, arrangements avec le réel, représentations fantasmées de nos souvenirs, etc.), n’a rien à voir avec le déclin des facultés cognitives tel qu’on l’observe dans les maladies neuro dégénératives, dont la maladie d’Alzheimer. Dans ce cas, c’est la mémoire elle-même qui est en partie, spoliée ; de sa capacité de retenir et donc de celle d’oublier. Bref, elle ne mène plus le jeu.

Longtemps, l’altération de la mémoire a été attribuée au vieillissement dont elle aurait été une conséquence inexorable. Et ce, en dépit du nombre de personnes âgées aux fonctions cognitives toujours alertes. D’où le diagnostic sauvage de "démence sénile", ou parfois "gâtisme", autant de termes aujourd’hui bannis par les neurologues.

Vieillesse et démence, pas une fatalité !

Sur le plan clinique, lorsque les capacités cognitives - mémoire, langage, attention, praxie, reconnaissance des visages - s’altèrent inexorablement, jusqu’à invalider l’autonomie d’un sujet, c’est le le diagnostique de démence qui est attribué. "Or la démence est une maladie, et non pas un symptôme du vieillissement, précise le docteur Michel Logak, neurologue à l’hôpital Saint Joseph à Paris. La démence la plus répandue est la maladie d’Alzheimer. La plupart du temps, elle s’observe chez des sujets âgés, mais ce n’est pas systématique. On peut vieillir, dépasser l’âge de cent ans même, sans être malade pour autant. Et inversement, on peut être jeune et atteint de la maladie d’Alzheimer."

C’est-à-dire que lorsqu’on parle de la "folie douce" de notre grand-mère, ou de notre mari qui "perd un peu la boule" et "devient gâteux", "ces symptômes révèlent en réalité de vraies démences, souvent des maladies d’Alzheimer, dont le diagnostic n’est pas porté", précise Michel Logak.

Informer les familles

Cet amalgame, qui consiste à associer vieillesse et troubles cognitifs – en

(...) Cliquez ici pour voir la suite