Maladie intercurrente : définition, liste, prise en charge

Istock/fizkes

Les maladies intercurrentes forment un ensemble hétérogène de pathologies, plus ou moins graves, et liées par un unique point commun. Elles apparaissent chez des patients qui souffrent déjà d’une autre maladie, sans qu’on ne constate de lien entre les deux. Pour les personnes concernées et leurs soignants, les maladies intercurrentes peuvent s’avérer dangereuses. Elles peuvent aggraver la maladie initiale, en retarder l’établissement du diagnostic, ou encore affaiblir les patients. En cas de maladie intercurrente, le médecin doit établir deux protocoles de soins distincts, donnant lieu à des modalités de prise en charge indépendantes.

Une maladie est qualifiée d’intercurrente lorsqu’elle se manifeste chez un patient qui souffre déjà d’une autre pathologie. Alors que les complications constituent des conséquences directes de cette maladie préexistante, les affections intercurrentes sont totalement indépendantes, sans aucun lien de cause à effet. Pour l’individu touché et l’équipe soignante qui l’accompagne, ces affections posent plusieurs problèmes. Elles peuvent aggraver sensiblement l’état de santé du patient. Mais elles peuvent également provoquer chez lui des symptômes supplémentaires. Par exemple, selon CATIE (la source canadienne de renseignements sur le VIH et l’hépatite C) l’apparition d’une pneumonie chez un patient immunodéprimé, car atteint du SIDA, d’un cancer ou encore d’un lupus, peut menacer le pronostic vital. Dans le même esprit, des pathologies au demeurant sans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite