Maladies de l'intestin (MICI) : les traitements gagnants

Mici. Derrière ces quatre mystérieuses lettres se cachent deux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin : la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. En pleine expansion ces dernières années, ces affections sont dues à un dysfonctionnement du système immunitaire qui s’attaque directement au tube digestif et touchent aujourd’hui 250 000 personnes en France. Le plus souvent, les Mici se déclarent entre 15 et 35 ans mais elles peuvent aussi se révéler plus tardivement, après 55 ans. Selon une étude menée par le registre Epimad dans quatre départements du nord-ouest de la France, 12 % des rectocolites hémorragiques et 6 % des maladies de Crohn sont diagnostiqués après 60 ans.

La rage au ventre !

Diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, impétuosité des selles, perte de poids importante, grosse fatigue et douleurs abdominales… Les signaux d’alerte des Mici présentent d’importantes similarités. Cependant, là où l'inflammation à l'origine de la rectocolite hémorragique ne s'attaque qu'aux muqueuses du rectum et du côlon (dernier tronçon du tube digestif), la maladie de Crohn, elle, peut affecter simultanément ou successivement un ou plusieurs segments du tube digestif, depuis la bouche jusqu’à l’anus.

À savoir. Le diagnostic de la maladie de Crohn ou encore de la rectocolite hémorragique passe notamment par une prise de sang, destinée à repérer un éventuel taux de CRP élevé.

L’inflammation peut aussi se développer en dehors de l'intestin et provoquer des maladies articulaires, des affections oculaires ou cutanées. Les Mici progressent par poussées inflammatoires, de durée et d’intensité variables, séparées par des périodes d’accalmie pendant lesquelles les symptômes digestifs disparaissent. « Toutefois, après 60 ans, les Mici semblent évoluer plus lentement, au regard de la sévérité habituelle de ces pathologies chez les jeunes. Les seniors présentent également moins de complications liées à l’inflammation chronique », constate le Pr Guillaume Savoye, gastro-entérologue

(...) Cliquez ici pour voir la suite