Malnutrition, asthme, dengue : à quoi ressemblera la vie des enfants nés en 2019 à cause de la pollution ?

"Nous devons agir maintenant, sinon il sera trop tard", déclarait Greta Thunberg, icône suédoise de la rébellion écologique, lors de sa participation à une marche sur les changements climatiques à Vancouver. Un rapport publié, ce jeudi 14 novembre, sur la revue médicale The Lancet vient de confirmer ces craintes. Cette étude, intitulée Compte à rebours sur la santé et le changement climatique, prouve que si aucune mesure n'est prise contre le changement climatique, la santé des enfants nés cette année, sera de plus en plus menacée tout au long de leur vie. "Les changements climatiques définiront la santé de toute une génération", affirme le responsable de ce rapport, Dr Nick Watts de l'Institut pour la santé mondiale de l'université de Londres.

Cette étude, fruit de la collaboration de 35 institutions académiques et agences mondiales, mesure les impacts et les enjeux du changement climatique sur les enfants nés en 2019, grâce à 41 indicateurs-clés. "Si les choses restent en l'état, avec des émissions de carbone élevées et le changement climatique qui se poursuit au même rythme, un enfant né aujourd'hui vivra dans un monde plus chaud de 4 degrés en moyenne d'ici ses 71 ans, ce qui menacera sa santé à toutes les étapes de sa vie", indiquent les auteurs du rapport.

Risque de malnutrition et de catastrophes naturelles

Les conditions météorologiques peuvent entraîner chez les nourrissons des risques de malnutrition et également favoriser les catastrophes naturelles. Les chercheurs estiment que la hausse des températures aura des répercussions sur les récoltes et donc sur l’alimentation des enfants. En effet, la raréfaction des denrées alimentaires due à la diminution des récoltes augmentera le prix des aliments. Autre conséquence due aux conditions climatiques pour les enfants nés en 2019 : la sécheresse, les inondations, les feux de forêts.

Problèmes respiratoires et maladies infectieuses

"Les enfants sont particulièrement vulnérables aux risques sanitaires liés aux changements

(...) Cliquez ici pour voir la suite