Maltraitance en Ehpad : pour la Défenseure des droits, les pouvoirs publics se sont « pas à la hauteur »

© Getty Images

La Défenseure des droits Claire Hédon tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur les « atteintes » aux droits fondamentaux et la « maltraitance » des personnes âgées en Ehpad et estime que la réponse des pouvoirs publics n’est « pas à la hauteur ».

« Nous constatons toujours des atteintes aux droits des résidents en Ehpad […]. La réponse des pouvoirs publics n’est pas à la hauteur des atteintes dénoncées, ni de l’urgence », regrette Claire Hédon dans un entretien au JDD. Elle présente lundi un rapport de suivi de 64 recommandations émises en mai 2021 pendant la crise du Covid.

Le document de mai 2021 et le livre de Victor Castanet « Les Fossoyeurs », (dont une version actualisée est attendue pour fin janvier), « ont permis une prise de conscience, pas simplement des pouvoirs publics, mais de l’ensemble de la société », souligne Claire Hédon. Mais beaucoup reste à faire.

Elle cite « une hausse des signalements » auprès de l’organisme Défenseur des droits. Quelque 900 réclamations ont été instruites durant les six années précédant le rapport de 2021, contre 181 en seulement 18 mois.

Ratio minimal d’encadrement

Le suivi détaillé dans le rapport a été élaboré à partir des réclamations et des « réponses apportées par les ministères et les organismes publics aux recommandations que nous leur avions adressées » précise la Défenseure des droits. Il s’agit de « maltraitance » (43 % des cas), « limitation de visites » (30 %), de « restrictions à la liberté d’aller et venir » (12 %). Ces manquements concernent aussi bien le privé que le public.

Or « dix-huit mois après le premier rapport, le bilan s’avère extrêmement préoccupant : 9 % de nos...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi