“Maman, c’est dur d’être ton fils” : cette phrase que Roselyne Bachelot n'oubliera jamais

Elle raconte ce jour où elle a “tout plaqué.” Dans le dernier numéro de Gala, en kiosque jeudi 13 février 2020, l’ex-Ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot est revenue sur ce jour où tout a basculé. Après un dernier mandat en 2012, elle quitte en effet la politique et se lance dans une carrière médiatique. Tour à tour chroniqueuse, animatrice ou éditorialiste, l’ex-députée trouve petit à petit sa place dans les écrans des Français. Mais elle le dit elle-même : au final, ces deux univers se ressemblent un peu. “La politique et la télévision sont des mondes extrêmement difficiles, tout aussi violents, et qui demandent un grand professionnalisme.” Si elle a abandonné la politique, c’est d’abord parce qu’elle avait le sentiment d’avoir “fait le tour” et souhaitait “laisser sa place aux jeunes.” C'est aussi parce qu’elle avait l’impression d’avoir beaucoup donné à ce travail. Trop, peut-être. Jusqu’à le ressentir dans sa vie privée.

“Ce qui s’est passé par la suite, cette soif de renouvellement, ce dégagisme, je le sentais depuis longtemps”, avoue Roselyne Bachelot. “Et puis j’ai beaucoup donné à la politique, elle a beaucoup pris de ma vie personnelle. Je souhaitais avoir du temps pour moi et mes proches qui ont vécu toute cette période avec beaucoup d’angoisse.” L’un de ses pires souvenirs à ce sujet ? La confidence de son enfant Pierre, né en 1969. “Lorsqu’il avait onze ans, mon fils m’a laissé un petit mot sur mon oreiller sur lequel il était écrit ‘Maman, c’est dur d’être ton fils…’”

"Cette reconversion a suscité beaucoup d’incrédulité"

Aujourd’hui, Roselyne Bachelot, âgée de 73 ans, semble épanouie, même si les débuts n’ont pas été faciles. “Au départ, cette reconversion a suscité beaucoup d’incrédulité et parfois des moqueries”, se souvient-elle. “D’anciens camarades politiques, interviewés sur la question, n’ont pas brillé par leur indulgence. Aujourd’hui, plus personne ne conteste le fait que je sais faire de la radio, de la télé, de la presse écrite,

(...) Cliquez ici pour voir la suite