Maman et prof, le 11 mai, je ne peux pas reprendre mes cours, faute de prise en charge de mes enfants à l'école - BLOG

Anne M.
Me voilà aujourd’hui contrainte d’expliquer aux parents de mes élèves que je ne pourrai peut-être pas faire la rentrée le 18 mai. Et pour cause, seuls les soignants et les enseignants du premier degré sont considérés comme prioritaires dans l’école de ma fille. (image d'illustration)

BLOG - Monsieur Blanquer, vous nous avez expliqué qu’il fallait lutter contre les déterminismes sociaux, qu’il ne fallait pas creuser plus encore les inégalités; qu’il fallait que les “décrocheurs” retrouvent le chemin de l’école. Puis, vous nous avez parlé de “niveaux charnières”, de rentrée pour les classes de troisième, de première, de terminale sans oublier les ateliers industriels en lycées professionnels. En définitive, la reprise ne concernera que les moins de 12 ans. Ceux qui ne peuvent pas se garder tout seuls. Pour les autres, les plus grands, nous verrons plus tard… ou pas du tout.

N’aurait-il pas été plus clair (et plus honnête) d’annoncer que de nombreux parents avaient besoin de retourner travailler et que, pour ce faire, leurs enfants devaient être gardés d’une manière ou d’une autre? La solution des grands-parents n’étant, dans ce contexte sanitaire, pas envisageable, la réouverture des écoles devenait incontournable. J’aurais préféré entendre ce discours au lieu de devoir avaler les couleuvres de l’égalité et de la fraternité. Quant à la liberté, les élus locaux, directeurs d’écoles et chefs d’établissements en auront plus que de raison. ILS sont sur le terrain donc ILS savent.

À eux d’organiser cette rentrée sans même savoir si les enseignants seront en mesure de reprendre le chemin des écoles et des collèges. Car, jamais vous n’avez annoncé, qu’à l’instar des enfants du personnel soignant, ceux des enseignants seraient accueillis prioritairement dans les écoles. Certains établissements ont-ils peut-être fait ce choix-là, mais, laissez-moi vous faire part d’un cas que je connais bien: le mien.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr  et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

Enseignante, mais pas prioritaire

Enseignant en collège, exclusivement à des élèves de 6ème et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post