Comment manger une figue de Barbarie ?

Tout savoir sur la figue de Barbarie

Avec sa « carapace » épaisse et les stigmates de ces anciens piquants – fort heureusement lissés avant commercialisation –  la figue de Barbarie pourrait paraître peu avenante ! Mais ce ne sont là que de trompeuses apparences, car il suffit de l’ouvrir en deux pour découvrir avec surprise une chair jaune orangé qui invite à la dégustation. Avide de territoires ensoleillés, cette figue qui fleure bon l’exotisme est cultivée à quelques encablures de nos frontières. On en trouve par exemple en Espagne, en Italie et même en Afrique du Nord où elle est régulièrement consommée. Il faut dire qu’avec son goût délicatement acidulé, elle se prête parfaitement aux préparations sucrées et salées qu’elle va rehausser de ses notes originales. Mais au-delà de ses qualités gustatives, la figue de Barbarie présente également d’excellentes propriétés nutritives. Sa forte teneur en vitamine C, en oligo-éléments et en fibres alimentaires en fait un parfait « fruit santé ». Bref, il serait fort dommage de vous en priver !

Comment bien éplucher une figue de Barbarie ?

Avant de vous préparer à déguster une figue de Barbarie, il faut commencer par bien la choisir. Présent sur les étals des primeurs d’août à octobre, le fruit affiche une belle couleur orangée lorsqu’il arrive à maturité. Pour vous en assurer, palpez-le doucement pour vérifier que la peau est souple. Si vous ne le trouvez pas suffisamment mûr, vous pouvez le conserver quelques jours supplémentaires dans votre bac à légumes, mais pas plus de 2 ou 3 jours. La majorité des figues vendues en France sont déjà épinées. Pour déguster une figue de Barbarie, rien de plus facile : armez-vous d’un couteau d’office et coupez le fruit en deux dans le sens de la longueur. Vous pouvez donc manger la chair à l’aide d’une petite cuillère. En jus, il vous suffit de passer la pulpe au tamis fin.

Nos idées recettes pour cuisiner la figue de Barbarie

Vous avez envie de servir du cactus à vos convives ? Ça tombe bien,

(...) Cliquez ici pour voir la suite