Comment manger du gingembre ?

Quels sont les bienfaits du gingembre ?

En plus de ses indéniables qualités gustatives, le gingembre détient d’incontestables propriétés thérapeutiques utilisées depuis des millénaires par la médecine chinoise. En France, c’est surtout pour ses mystérieuses vertus aphrodisiaques que le rhizome est connu, mais elles sont bien loin d’être les seules. En effet, le gingembre dispose d’intéressantes vertus thérapeutiques. Qui aurait pu croire que derrière sa jolie teinte jaune et ses notes acidulées se cachaient d’indéniables propriétés digestives ? Pourtant, il est aujourd’hui prouvé que le gingembre ouvre non seulement l’appétit, mais facilite en plus la digestion. Multifonction, le condiment est également réputé pour ses pouvoirs désinfectants et antipyrétiques (contre la fièvre). Et atout supplémentaire : c’est un puissant diurétique. Consommé à bon escient, il contribue à éliminer l’excès d’eau et de graisses. Un parfait allié des cures d’amaigrissement !

Tout savoir sur le gingembre frais

Pour bénéficier des incroyables vertus gustatives et thérapeutiques du gingembre, le mieux reste de le consommer en version crue ! Ce qu’il y a de bien avec cette épice, c’est qu’elle peut se déguster très simplement puisqu’elle ne nécessite que très peu de préparation. La seule manipulation que vous aurez à faire sera d’ôter la fine peau qui la recouvre. Pour cela, vous pouvez utiliser le bord d’une petite cuillère, un couteau ou un économe à légume si votre bulbe ne présente pas trop de circonvolutions. Ensuite, libre à vous de le consommer selon vos goûts et vos envies : râpé, en lamelles, en bâtonnets… Si vous prévoyez de le cuire, ajoutez-le de préférence en fin de cuisson de manière à préserver son goût, mais également ses qualités nutritives.

Conservation du gingembre frais

Si vous ne consommez pas la totalité de la racine fraîche en une seule fois, vous avez tout intérêt à stocker le reste du gingembre au réfrigérateur. Mais pour limiter le risque d’humidité, il est conseillé d’envelopper

(...) Cliquez ici pour voir la suite