Manifestations "pour les droits sociaux et libertés" dans toute la France samedi

·4 min de lecture

"Pour les droits sociaux et la liberté": à travers tout le pays, la mobilisation en cours contre la loi "sécurité globale" convergera samedi avec celle prévue contre la précarité, maintenant la pression sur l'exécutif.

Près de 90 rassemblements sont annoncés par les organisateurs dans les villes, grandes et moyennes, de France. A Paris, la manifestation partira à 14h00 de la Porte des Lilas en direction de la place de la République, sous surveillance après les heurts de samedi dernier près de la Bastille.

Initialement prévue comme un rassemblement syndical contre la précarité, la journée de samedi voit s'agréger la contestation contre les violences policières et la loi sécurité globale.

Le texte est accusé par ses détracteurs de porter atteinte "à la liberté de la presse, à la liberté d'expression et à la liberté de manifester", et aussi d'instaurer "des outils de surveillance de masse". La défiance à son encontre a été renforcée par le tabassage filmé du producteur de musique Michel Zecler par des policiers.

Samedi dernier, les "marches" organisées par la "coordination #StopLoiSécuritéGlobale", un collectif de multiples syndicats et associations, dont plusieurs organisations de journalistes, ont fortement mobilisé dans le pays: entre 133.000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, et 500.000 selon les organisateurs.

Face à cette colère, le gouvernement n'a à ce jour annoncé qu'une concession: la réécriture de l'article 24, le plus polémique, encadrant l'image des policiers. La coordination réclame son retrait pur et simple, avec les articles 21 et 22 du texte, et conteste le "nouveau schéma national du maintien de l'ordre (SNMO)" qui limite la couverture médiatique des manifestations.

Accusé de multiplier les mesures "liberticides", Emmanuel Macron a tenu à s'adresser directement aux jeunes, très présents lors des dernières manifestations, dans un entretien accordé au média en ligne Brut vendredi.

"Je ne peux pas laisser dire qu'on réduit les libertés en France", a affirmé le président de la République. "C'est un grand mensonge. On n'est pas la Hongrie ou la Turquie."

- Apaisement -

Le chef de l'Etat a prôné l'apaisement, en dénonçant à la fois les violences de certains policiers et celles commises contre les forces de l'ordre, notamment lors des manifestations de samedi dernier.

"Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis", car "c'est devenu un slogan pour des gens qui ont un projet politique", notamment "l'extrême gauche" selon lui.

M. Macron a également expliqué vouloir regarder en face la question des contrôles au faciès. Il a promis le lancement en janvier d'une plateforme nationale de signalement des discriminations, gérée par l'Etat, le Défenseur des droits et des associations. Les caméras-piétons pour les policiers seront parallèlement généralisées.

Certaines villes craignent de nouveaux débordements violents samedi. A Bordeaux et Montpellier, les préfets ont ainsi interdit tout cortège dans l'hypercentre. A Lyon, la manifestation n'est autorisée que sur la rive gauche du Rhône.

Les "marches des libertés" de ce samedi ont été rebaptisées "des libertés et des justices", car elles vont souvent se tenir "en convergence avec les actions menées dans le cadre de la journée nationale contre le chômage et la précarité".

Chaque premier samedi de décembre, la CGT se mobilise partout en France pour soutenir les précaires et les chômeurs. Elle le fera cette année avec d'autres syndicats, mobilisés dans ce contexte sanitaire et social difficile.

"Suite à la crise du Covid mais aussi dans la continuité d'une logique de profit à tout prix, les plans de licenciements se multiplient de la part des grandes entreprises", écrivent la CGT, la FSU, Solidaires, et les organisations de jeunesse FIDL, UNL, MNL, Unef.

La précarité "s'est encore développée au plus grand profit du patronat, Medef en tête, et au détriment particulièrement des femmes", note l'intersyndicale, qui réclame la suspension de la réforme de l'assurance chômage et davantage d'aides pour tous les travailleurs précaires.

"La jeunesse est singulièrement visée par les politiques gouvernementales régressives (baisse des APL, réformes du bac, de l'université et de la recherche...) et subit, dès qu'elle se mobilise, une répression inadmissible", selon elle, en référence aux violences policières lors des manifestations.

emd-rfo-bur/pga/lbx