Manoeuvre de Heimlich: le geste qui sauve des vies que tout le monde devrait connaître

Tout est parti d’un article au sujet des gestes de premiers secours. À la rédaction la réponse à la question "une personne s’étouffe, que faire ?" fait débat. Certains sont partisans des grandes claques dans le dos, quand d’autres se verraient opter pour la manœuvre de Heimlich. Qui a raison, qui a tort ? Et qu’est-ce que la manoeuvre de Heimlich ? Réponses avec une secouriste de la Croix-Rouge Française.

Qu’est-ce que la manœuvre de Heimlich ?

Il s’agit d’un geste de secours qui permet de libérer les voies aériennes en cas d’obstruction totale par un corps étranger (le plus souvent par un aliment qui a fait "fausse route"). On la pratique lorsque la personne est toujours consciente mais ne peut plus parler, tousser ou respirer. Dans le cas contraire, elle est totalement inefficace, notamment si la personne en question tousse. Elle est même dans ce cas dangereuse, et risque de mobiliser le corps étranger, de le déplacer et de le rendre obstructif, provoquant de ce fait l'asphyxie redoutée.

"Et les claques dans le dos ?", s’interrogent certains journalistes de la rédaction – qui semblent être des fervents défenseurs de cette pratique –. Elles sont recommandées aussi. En fait, lorsqu’une personne s’étouffe et que ses voies aériennes s’obstruent, il faut lui donner 5 grandes claques dans le dos (entre les deux omoplates) puis alterner avec 5 compressions abdominales (manœuvre de Heimlich).

Comment effectuer la manœuvre de Heimlich ? Se tenir derrière la personne qui s’étouffe avec les bras encerclant son corps autour de la partie supérieure de son abdomen. Penchez la victime vers l’avantPlacez un de vos poings fermés entre le nombril et l’extrémité inférieure du sternum. L’autre main attrape votre poing.Enfoncez fortement votre poing vers vous et vers le haut.Recommencez ce geste 5 fois.Si la personne perd conscience, commencer la réanimation cardio-respiratoire.Dans quel cas ne faut-il pas opter pour la manœuvre de Heimlich ?

On vous le disait, si la personne qui s’étouffe

(...) Cliquez ici pour voir la suite