Le manque de contact physique peut se faire sentir sur votre moral, voici comment

© Getty Images / Catherine Delahaye

Lorsque l'on est trop longtemps privé·e de contact physique, on peut expérimenter ce que les expert·es appellent la « skin hunger », soit une soif du toucher.

Avec les restrictions sanitaires et les nouveaux gestes barrières, de plus en plus de personnes souffrent d’une « soif du toucher », soit un besoin presque irrépressible de ressentir de l’affection. Autrement dit, un manque de contact physique. Les personnes qui se retrouvent en manque de toucher peuvent alors ressentir une vague de stress, devenir anxieuses, déprimées, fatiguées et même avoir des difficultés à bien dormir !

Lire aussi >> Pourquoi il est important de se faire des câlins (et tout de suite)

Pourquoi est-on en manque de contact physique ?

Selon la science, même le ou la plus associable des humain·es serait neurobiologiquement câblé·e pour être en contact avec les autres. Le toucher nous aiderait, entre autres, à libérer des neurotransmetteurs bénéfiques pour le bien-être mental, comme l'ocytocine, la sérotonine ou encore la dopamine. En cas de privation de contact physique ou de gestes affectifs, cet équilibre est rompu. Le risque ? Ressentir ce que l’on appelle la « skin hunger ». Ainsi, une personne privée d’affection peut devenir insomniaque ou déprimée ! Selon les expert·es, plus on est privé de ces neurotransmetteurs libérés pendant le contact physique, plus il devient essentiel, mais épuisant, de rechercher de l’affection.

Bien sûr, tout le monde est différent : certaines personnes mettent probablement plus de temps que d’autres à ressentir ce manque, tandis que certain·es, pour des...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles