Maquillage des yeux : 5 erreurs à ne pas faire

Le maquillage des yeux est un précieux allié pour mettre en valeur notre regard et camoufler nos petites imperfections comme les taches, rides, ou encore les cernes : un atout de taille pour se sentir belle et confiante. Toutefois, certaines erreurs courantes peuvent gâcher le résultat final de notre mise en beauté. En voici 5.

Erreur maquillage des yeux : choisir un anti-cernes non adapté

L’anti-cernes est un indispensable qui peut sacrément nous embellir, ou à l’inverse, gâcher tout notre maquillage. L’erreur la plus fréquente concernant ce "must have" est la suivante : choisir une teinte trop claire ou trop foncée. À trop vouloir camoufler leurs signes de fatigue et réveiller leur regard, certaines femmes ont tendance à penser qu’il est préférable d’opter pour une teinte beaucoup plus claire que leur carnation naturelle. Erreur ! Attention à ne pas confondre l’anti-cernes avec l’enlumineur (qui lui, sert à apporter une touche de lumière, et non pas à camoufler les cernes). Veillez donc à bien choisir une teinte d’anti-cernes adaptée à votre carnation de base et à votre type de cernes, afin d’éviter l’effet grisâtre indésirable. Même conseil pour celles qui ont tendance à opter pour un anti-cernes trop foncé : on oublie cette fâcheuse habitude et on opte davantage pour un anti-cernes aux tons beige/rosé pour un cerne bleuté, ou un anti-cernes beige/orangé pour un cerne plutôt brun.

Erreur maquillage des yeux : les fards à paupières trop marqués

Rien de mieux qu’un joli dégradé de couleurs sur vos paupières afin d’apporter une touche de vitamines à votre maquillage, n’est-ce pas ? Mais à condition de bien le réaliser et surtout, de bien estomper les couleurs entre elles ! On évite donc à tout prix l’effet "marqué" peu harmonieux et vieillissant en estompant bien ses fards à paupières entre eux (avec un pinceau estompeur), surtout si on apprécie les dégradés de couleurs.

Erreur maquillage des yeux : le mauvais choix de couleurs

Nous l’avons évoqué précédemment : il est

(...) Cliquez ici pour voir la suite