Marc Jacobs : 50 looks qui prouvent qu’il est le roi de l’extravagance

A l’occasion de son 58ème anniversaire, retraçons l’évolution stylistique du créateur américain adoré de tous. De jeune nerd à roi de la mode perché sur des plateformes roses, Marc Jacobs assure en toute occasion.Si on devait en faire un bilan, on dirait que Marc Jacobs a eu une carrière parfaite. Quasiment sans accrochage, sans bavure, sans scandale. C’est chose rare dans le milieu de la mode. Pourtant, le créateur qui a su révolutionner la couture à sa manière a fait son bonhomme de chemin tout en douceur. Collection après collection, maison après maison. Et ça paye. Aujourd’hui, il est l’un des créateurs new-yorkais les plus suivis et les plus applaudis à chaque Fashion Week (quand il y participe). Tout a démarré dans la Grosse Pomme pour le designer qui est né dans le milieu très aisé de l’Upper West Side. Il découvre la couture et le tricot avec sa grand-mère qui est en charge de son éducation. Des compétences qui s’avéreront très utiles lorsqu’il s’inscrira à la High School of Art and Design puis dans la très prestigieuse Parsons School of Design. La légende dit que lors de son examen de fin d’année il aurait présenté des chandails oversize recouvert entièrement de smileys roses. A seulement 20 ans, Marc Jacobs possède déjà son identité si personnelle. Son ADN qui lui ouvrira toutes les portes de la mode pour les 40 prochaines années : du punk, du rétro, de l’audace et du gender fluid.Arrivent enfin les années Louis Vuitton, qui feront connaître Marc Jacobs -déjà adoré des rédactrices de mode- au grand public. Il emménage à Paris pour assurer la direction artistique de l’ensemble des collections. Nous sommes en 1997 et le designer doit porter à bout de bras cet empire qui perdait peu à peu de sa superbe. Dès la première collection, le jeune homme de 34 ans met le monde à ses pieds grâce à un défilé aux antipodes de ce qu’on avait déjà vu de Louis Vuitton jusqu’ici. Jacobs plonge l’univers du mallette français dans du blanc minimaliste étonnant. Treize années de prouesses passeront chez Vuitton avant que Marc Jacobs décide enfin de voler de ses propres ailes et se consacre uniquement à sa maison éponyme (et ses multiples déclinaisons de marques).Souvent on pense que le temps qui passe érode la créativité et la vision qu’on a de la société actuelle. Pourtant, Marc Jacobs n’a fait qu’éclore durant toutes ces années. Comme un bon Château Margaux, le designer affirme sa patte, son style et devient de plus en plus lui-même avec l’âge. Il n’y a qu’à regarder l’évolution de ses podiums mais aussi de ses looks. S’il était le parfait érudit lorsqu’il était jeune premier il s’est ensuite muté en un gendre idéal au sourire ultra-bright et au bronzage -trop- doré avant d’enfin embrasser son identité queer et se défaire des conventions de genre. A 58 ans, Marc Jacobs est plus épanoui que jamais. Il se pavane dans des manteaux léopard, avec des lunettes de soleil en perles, des boots disco et du vernis pailletés aux doigts. Et côté cœur, il est marié depuis 2019 au mannequin Charly Defrancesco. Tout ce bonheur nous donne espoir d’être aussi resplendissant à 58 ans.