Marc Jolivet : "Le second degré est mort"

·1 min de lecture

Certains se questionnent sur ce que dirait Pierre Desproges aujourd'hui, Marc Jolivet préfère s'interroger sur ce que dirait Guy Bedos. L'acteur et humoriste présente mardi dans l'émission Ça fait du bien son nouveau spectacle, Que la fête commence. Ce devait être au départ une adaptation sur scène de son livre, Mémoires d'un artist'ocrate. "Je devais faire un spectacle de mes mémoires, mais ça allait être sinistre… Non, que la fête commence !", s'exclame Marc Jolivet au micro d'Anne Roumanoff.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

 "On va prendre deux violonistes et trompettistes, ils vont s'aimer, ça va faire une belle histoire. Et on va rendre hommage à Guy Bedos, qui est là-haut, sur la mort du second degré. Voilà les axes du spectacle", détaille-t-il au sujet de Que la fête commence. Car, pour Marc Jolivet, la mort de Guy Bedos a changé la donne.

"Je n'ai aucune envie qu'on m'emmerde sur les réseaux sociaux"

"Aujourd'hui, tu ne peux plus rigoler comme avant", estime-t-il. "Dans le temps, tu pouvais dire qu'à la suite des élections régionales, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont pris une tôle. Et que, du coup, ils se sont dit 'Pourquoi on ne s'allierait pas tous les deux ?' Le pacte germano soviétique, Hitler-Slatine, peut recommencer."

Une blague que Marc Jolivet poursuit, en imitant Guy Bedos. "Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon couchent ensemble. Ils vont faire des enfants", imagine-t-il. "E...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles