« Marc Pulvar était un prédateur sexuel » : la lettre bouleversante des cousines d’Audrey Pulvar

Lydia Menez
·1 min de lecture

Barbara Glissant, Karine Mousseau et Valérie Fallourd accusent leur oncle d’inceste dans un récit poignant.  

C’est de là que tout est parti. Ce lundi matin, Audrey Pulvar a rappelé l’existence d’une lettre dans laquelle ses trois cousines accusent son père, Marc Pulvar, d’inceste. Ce qu’on ne savait pas, c’est qu’elles l’ont d’abord proposé pour publication à un hebdomadaire martiniquais qui l’a refusé. C’est finalement France info qui, la semaine dernière, accepte de la publier sur son site internet.

Lire aussi >> Kouchner, Pulvar… Est-ce à l’entourage ou à la victime de dénoncer l’inceste ?

« Dans cette lettre, elles disent les choses de façon extrêmement puissante, extrêmement digne, extrêmement rayonnante parce que même si ce qu'elles décrivent est terrible, la façon dont elles en parlent, la résilience dont elles font preuve est non seulement le signe d'une énorme force et d'un énorme courage de leur part et je pense que c'est une lettre qui peut aider d'autres personnes qui ont été victimes de ces crimes, des crimes qui détruisent profondément les êtres et tous les êtres qui sont concernés », a raconté au micro de France Inter l’adjointe à la mairie de Paris.  

« Il n’hésitait jamais, toute occasion était bonne à prendre » 

Longue d’une page et demi, la lettre en question dénonce le comportement de leur oncle Marc Pulvar. Un oncle très admiré par la famille et par toute la société martiniquaise. «[C’était] le favori, adulé déjà, par tous. Une confiance totale, qui dure encore aujourd’hui de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi