Marc Veyrat, dont la troisième étoile a été supprimée, attaque le guide Michelin en justice

 Marc Veyrat va poursuivre en justice le Guide Michelin pour connaître "les raisons exactes du déclassement" de son restaurant La Maison des Bois, qui a perdu en janvier sa troisième étoile.

Le chef cuisinier Marc Veyrat a décidé de poursuivre en justice le Guide Michelin pour connaître "les raisons exactes du déclassement" de son restaurant La Maison des Bois, auquel avait été retirée en janvier sa troisième étoile, a annoncé son avocat lundi à l'AFP.

Dans sa 110e édition, publiée début 2019, le célèbre guide avait retiré cette étoile, obtenue un an plus tôt, au chef savoyard, "sans aucune notification ou alerte préalable", indique dans un communiqué son conseil Emmanuel Ravanas. "Depuis des décennies, Marc Veyrat est habitué à ce que sa cuisine soit notée, évaluée, comparée et il sait bien que l'on n'est pas propriétaire à vie de ses étoiles (...) Il assume tout, pourvu que la critique soit rigoureuse", poursuit l'avocat.

Il a cherché "amiablement" à connaître "les raisons objectives de cette décision qui l'affecte tant à titre personnel que professionnel" et affecte "surtout l'indéfectible engagement de ses équipes au service de la cuisine de montagne", mais il n'a reçu que des "réponses approximatives", déplore-t-il.

Et de prendre pour exemple le fait qu'on ait reproché au chef d'avoir servi du cheddar alors que selon son conseil, Marc Veyrat "depuis ses débuts travaille passionnément avec des produits savoyards".

Ne recevant pas les factures ou notes de réunion des inspecteurs du guide rouge comme il l'avait réclamé, le chef cuisinier a demandé en juillet à ne plus figurer dans le guide. En vain.

"J'ai fait une dépression. J'ai vu pleurer mon équipe"

Marc Veyrat attaque donc le Guide Michelin "afin que toute la lumière soit faite sur les raisons exactes" de ce déclassement, a fait valoir le conseil. Le célèbre chef a justifié lui-même cette procédure judiciaire dans un entretien à franceinfo. "J’ai été(...)


Lire la suite sur Paris Match