Le marché du vêtement d'occasion se structure

·1 min de lecture
Seconde main.
Seconde main.

C'est un marché parallèle qui a fini par se structurer de la même façon que celui de la mode. D'un côté, le luxe, de l'autre, la fast fashion. D'un côté, un sac Birkin en croco qui s'envole à 49 000 euros, de l'autre, un pantalon Zara bradé à 5 euros. Ce marché, c'est celui du vêtement d'occasion, évalué aujourd'hui à plus d'un milliard d'euros par l'IFM (Institut français de la mode). Une niche si on le compare aux 50 milliards de l'industrie de la mode, mais qui n'a cessé de se développer ces dernières années. Ainsi, selon l'institut de sondage Kantar, en 2018, 16 % des Français ont acheté un article seconde main, le double l'année suivante. Nul doute que les chiffres 2020 grimperont encore un peu plus, à la suite du confinement qui a laissé du temps aux Français pour vider et mettre en vente leurs placards. « Les motivations sont avant tout économiques, mais on remarque aussi une volonté de consommer plus responsable, de limiter le gaspillage textile », analyse Hélène Janicaud, directrice du pôle mode de Kantar. Et tout le monde veut sa part du gâteau, dont Auchan qui s'apprête à ouvrir des espaces seconde main en partenariat avec le site Patatam et Zalando. Ce dernier développe l'offre « pre-owned », pour la revente et l'achat entre particuliers avec possibilité de crédits pour s'offrir du neuf sur le site.

« C?est un marché qui s?est structuré rapidement, avec des plateformes en ligne qui sont passées devant les acteurs historiques comme les friperies [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles