Marchés bio-paysans, produits du terroir, vente à la ferme... : comment bien manger sur la route des vacances

L'engouement pour les circuits courts – 63 % des Français achèteraient local pour sauver l’économie, avance l’Ipsos – s’accentue durant la période estivale, propice à la découverte des spécialités du lieu des vacances. Régions et départements encensent la traçabilité à force de marques collectives, de sites dédiés et d’événements locavores. Pendant que, dans certains lieux touristiques, la contrefaçon est reine, avec notamment de fausses salaisons régionales, des agriculteurs et artisans se battent pour obtenir des labels AOP, AOC et IGP qui protègent leur production, parfois couronnée aussi du logo Bio transversal. De quoi ajouter au plaisir du voyage celui des papilles.

Riches d'un patrimoine gastronomique exceptionnel, les dix-huit régions de France comptabilisent 1.100 produits, référencés par l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) sous l’égide du ministère de l’Agriculture. L’Appellation d’origine protégée (AOP) exige que toutes les étapes de production soient réalisées selon un savoir-faire collectif, reconnu dans une même aire géographique. L’Indication géographique protégée (IGP), elle, identifie un produit agricole brut ou transformé, dont la qualité, la réputation ou d’autres caractéristiques sont liées à son origine géographique. Une étape au moins doit être effectuée sur cette aire géographique délimitée. Cette mention s’applique aux secteurs agricoles, agroalimentaires et viticoles.

Impossible de passer à Nancy sans goûter à ses bergamotes ; de randonner (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite