La marche est-elle le nouveau sport féministe ?

Adobe Stock
Adobe Stock

Il y a quelques mois, une trend a émergé sur TikTok : la "Hot Girl Walk". Un concept qui n'a pas grand-chose de révolutionnaire, qu'on se le dise, mais qui prônait une routine aussi simple que saine - physiquement et mentalement.

Le principe est simple : plutôt que de foncer tête baissée dans sa journée en choisissant la facilité et le moindre effort niveau transport (ce qui est tout à fait compréhensible par ailleurs), ses adeptes encouragent à s'accorder de longues minutes de marche écouteurs vissés sur les oreilles, à écouter une playlist qui donne envie de conquérir le monde. Tout ça, en pensait à "ce pour quoi vous êtes reconnaissante, à quel point vous êtes sexy, vos objectifs et les mesures à prendre pour les atteindre", décrivait l'instigatrice de la tendance, Mïa Lind, sur le réseau social. Ca donne envie.

Au-delà d'observer un phénomène devenu viral en ligne, c'est un constat plus global que l'on peut faire autour de la discipline. Depuis quelques années - la fin du confinement, précisément, rapporte Le Monde - de plus en plus de marcheuses, de randonneuses se découvrent une passion pour ce sport aussi accessible que revitalisant. Mais pas seulement : pour beaucoup, c'est aussi un geste politique, écologique et vraisemblablement féministe, que de tracer le sentier sans autre véhicule que ses pieds. Témoignages.

La marche, source de libération

Tiffany a commencé à "beaucoup marcher" à la fin du premier confinement. Originaire...

Lire la suite


À lire aussi

Barbie est-elle (vraiment) devenue une icône féministe ?
"On ne peut plus fermer les yeux" : la marche féministe #NousToutes mobilise massivement
La grève du sexe est-elle une bonne stratégie féministe ?