La marche rapide, le sport accessible à tous !

·1 min de lecture

Ce qui distingue la marche basique (lorsque l’on fait ses courses par exemple) de sa déclinaison sportive ou rapide, c’est "la recherche de vitesse" explique, Emmanuel Lassalle, marcheur semi-professionnel. Il faut avancer à une allure comprise entre 5 et 7,5 km/heure pour obtenir le niveau de dépense énergétique et cardio-vasculaire propre à une activité sportive. Un effort à la portée de tous et aux bienfaits avérés : baisse de la tension artérielle, perte de poids, renforcement des défenses immunitaires, amélioration du système cardio-vasculaire… Sans oublier un effet légèrement euphorisant grâce à la libération d’endorphines que tout exercice d’endurance génère. Contrairement à la course à pied, il n’y a aucun traumatisme musculaire ou tendineux car on garde toujours un contact avec le sol. Autant d’argument pour nous donner envie de passer (enfin, de marcher !) à la vitesse supérieure.

Pas d’apprentissage fastidieux, tout le monde sait mettre un pied devant l’autre. Dès lors que l’on vise l’accélération, les bras entrent naturellement en action. Et ce mouvement de balancier est capital. "On a souvent tendance à crisper le haut du corps et les poings. Il faut au contraire garder les mains détendues, le dos droit, le regard fixé à une vingtaine de mètres devant soi. Et plier les coudes à 90 degrés, les tirer vers l’arrière sans trop les remonter vers l’avant pour bénéficier d’un mouvement de propulsion", conseille notre spécialiste. Côté respiration, à vous de trouver celle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles