"Mariés au premier regard" : comment la production triche pour que les mariages aient toujours lieu à la mairie de Grans

Depuis le 6 janvier dernier, les téléspectateurs ont découvert les nouveaux couples prêts à se jurer fidélité sans se connaître de Mariés au premier regard. Des tests de personnalité, en passant par l’annonce du mariage aux parents, au choix de la robe pour le jour J… M6 propose encore une fois une saison riche en émotions et révélations. Mais comme chaque année, il semblerait que les âmes en peine prêtes à tout pour se marier se trouvent… dans le Sud ! Et pour cause. Depuis la première édition du programme, c’est à la Mairie de Grans, petit village des Bouches-du-Rhône, que sont célébrées toutes les cérémonies de l'émission. Un lieu loin d’être choisi au hasard.

Entre les producteurs et le petit village de 5 118 habitants tout commence en 2013, lorsque Studio 89 y pose ses valises pour le tournage de l’émission Coup de foudre au prochain village, sur TF1. “J’avais sympathisé avec l’un des responsables et il y a cinq ans, il m’a rappelé pour me proposer de participer à ‘Mariés au premier regard’", s’est souvenu Yves Vidal, le maire de Grans, auprès du TV Mag du Figaro. S’il s’est réjoui d’unir les âmes en peine de M6, celui qui est à la tête de la commune depuis 42 ans a posé ses conditions “pour être parfaitement dans les clous”.

“C’est un vrai mariage puisqu’il faut divorcer”

Afin répondre à toutes les exigences de l’administration française, les bans doivent être publiés 12 jours avant les noces. L’un des deux partis doit résider dans la ville. Pour ce faire, la production n’hésite pas à tricher en louant un appartement pour l’un des futurs époux. “Je ne vérifie pas s’ils y habitent bien, ce n’est pas dans mes prérogatives. Aucun maire en France ne vérifie cela d’ailleurs. Tant que les papiers sont remplis en bonne et due forme, c’est tout ce qui m’importe”, s’est justifié Yves Vidal auprès de nos confrères. Enfin, le maire exige de ne surtout pas être interrompu par les équipes de tournage lors de la cérémonie.

À tous ceux qui mettraient en doute la véracité de ces

(...) Cliquez ici pour voir la suite