Mon mari refuse de faire chambre à part

On renonce

Priorité à la paix des ménagesInutile de le titiller, le pousser, bref, de le harceler et de finir par mettre notre couple à feu et à sang. S'il ne veut pas s’installer dans une autre chambre, s'il tient à partager notre matelas, s'il n'en démord pas malgré toutes nos tentatives, il n'y a aucune raison qu'il change d'avis. On ne va pas fragiliser notre mariage pour ça.

Une preuve d’amourQue nous dit-il ? « Je dors mal quand tu n'es pas là », « Ça fait quarante ans qu'on partage nos nuits, pourquoi se séparer maintenant ? », « C'est parce que tu ne m'aimes plus ? », etc. Autant de déclarations, plus ou moins déguisées, que l'on devrait écouter avec ravissement. Revenir sur notre intention, c'est lui dire : « Moi aussi, je t'aime ». C’est sûr, il ronfle comme un ogre, mais un ogre énamouré.

Tout se discuteNos arguments sont sérieux. La lumière de son smartphone (de sa tablette ou de son ordi) auquel il reste scotché jusqu’à plus d’heure nous dérange. Il s’endort bruyamment... On aimerait profiter de temps en temps d’une grasse matinée, enfin jusqu'à 7 h 30, quand lui claironne dès l’aube. Et pourtant, il refuse notre suggestion de tenter le chacun dans son lit ? Très bien. On abdique mais on ne va pas se laisser endormir comme ça. On attend qu’il nous propose d’autres solutions.

On ne renonce pas !

Et notre santé, ça ne compte pas ?Il ronfle comme un sonneur et ce boucan à portée d'oreille transforme nos nuits en cauchemar. Dès lors, nous nous sentons moins reposée au réveil, moins efficace pendant la journée, et surtout, plus irritable ! Quel intérêt à continuer à nous infliger cette torture ? Sans compter que l'on a peut-être aussi le sommeil bruyant ou agité, nous. Cessons donc de nous polluer mutuellement le repos !

Un plus pour la libidoCoucher dans deux endroits différents, c'est certes dormir tranquille dans son lit à soi, mais c'est aussi attendre l'autre, l'entendre s'approcher, l'inviter ou l'accueillir, voire... le mettre (gentiment) à la porte. En clair,

(...) Cliquez ici pour voir la suite