Marie-Anne Chazel : "Le Splendid a eu le temps d'apprendre, ça n'existe plus aujourd'hui"

·1 min de lecture

Les 47 ans de carrière de Marie-Anne Chazel ne peuvent pas se résumer au Splendid. Mais c'est bien au sein de cette troupe, qu'elle a cofondée avec Christian Clavier, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko et Bruno Moynot, que la comédienne a appris le métier et connu ses premiers succès nationaux. Des débuts que la comédienne racontent au micro d'Isabelle Morizet, dans l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie

>> Retrouvez les émissions d'Isabelle Morizet tous les week-ends de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

Par le passé, Marie-Anne Chazel a expliqué par le succès du Splendid a été "assez long à venir", leur laissant "le temps d'être mauvais". "Aujourd'hui, je ne dirais plus 'mauvais', je dirais que l'on a eu le temps d'apprendre. On n'était pas sous le diktat du succès immédiat", nuance-t-elle.

"On était dans notre bulle"

"On a commencé par un tout petit théâtre qui faisait 50 places. Après, on a été dans un théâtre de 250 places, après de 400 places. On a eu cette chance que n'ont peut-être plus maintenant les jeunes acteurs ou les jeunes artistes qui se lancent et à qui on demande d'y avoir un succès immédiat et où tout peut être quantifié", regrette-t-elle.

Selon elle, la chance du Splendid était que personne ne les connaissait. "On était dans notre bulle, on évoluait dans un milieu de jeunes universitaires. Charlie Hebdo était très soutenant, mais on n'avait pas du tout accès encore aux médias", se souvien...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles