Marie-Claude Pietragalla : "On va se réveiller un jour et il n’y aura plus de danseurs"

·2 min de lecture

Comme le reste du monde de la culture, les danseurs sont à l’arrêt en raison des restrictions en vigueur pour lutter contre le Covid-19. Au micro d’Europe 1 dimanche matin, la chorégraphe Marie-Claude Pietragalla s’est inquiétée pour l’avenir de sa profession, mais aussi pour tous les danseurs qui ne font pas partie d'une compagnie fixe.

Le monde de la culture va devoir patienter encore quelques semaines. Les dernières annonces d’Emmanuel Macron ont sans surprise confirmé la fermeture des lieux culturels pour lutter contre la hausse des contaminations au Covid-19, au moins jusqu’à la mi-mai. "Notre corporation était déjà fragilisée avant le Covid. Là, elle l’est encore plus", s’est inquiétée Marie-Claude Pietragalla dimanche matin sur Europe 1.

"On va se réveiller un jour et il n’y aura plus de danseurs", s’alarme-t-elle, avant d’évoquer le cas de nombreux danseurs qui ont décidé de changer de métier à cause de la crise sanitaire. "Des amis danseurs me disent qu’ils ne vont pas pouvoir continuer, qui changent de métier et font des formations de plombier, d’électricien ou de peintre", témoigne-t-elle encore. "95% des danseurs ne font pas partie d’une compagnie fixe", ajoute la chorégraphe.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Entre espoir et manque de perspectives

Dans son allocution de mercredi soir, Emmanuel Macron a également évoqué une éventuelle ouverture des lieux culturels à la mi-mai. "Cela redonne de l’espoir à tout le monde", reconnait Marie-Claude Pietragalla. " Mais il faut voir si ce sera suivi par des actes. On est complètement à l’arrêt et on n’a pas de perspectives d’avenir", poursuit-elle cependant.

>> LIRE AUSSI - Les conseils culture de Marie-Claude Pietragalla

"Rien ne remplacera le spectacle vivant"

En attendant, chorégraphes et danseurs s’en remettent à...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :