Marie-Sophie Lacarrau : ce que certains téléspectateurs de TF1 ne supportent pas chez elle

·2 min de lecture

L’année 2021 a marqué le début d’une nouvelle ère pour le 13 Heures de TF1. Après plus de trois décennies à la tête du journal télévisé, Jean-Pierre Pernaut a cédé son poste à Marie-Sophie Lacarrau. Une lourde responsabilité pour la journaliste de 45 ans, anciennement aux commandes du JT concurrent de France 2, qui a dû trouver sa place dans le cœur de ses nouveaux téléspectateurs. Et il semblerait que le pari soit réussi, puisque la nouvelle présentatrice rassemble chaque jour une moyenne de 5,8 millions de Français – plus que les audiences de son prédécesseur, selon Le Parisien. Pourtant, une partie d’entre eux a encore du mal à accepter l’absence de JPP. Certains se montrent d’ailleurs très critiques envers sa remplaçante, comme elle l’a expliqué dans les colonnes de La Dépêche du Midi.

Mercredi 24 février 2021, Marie-Sophie Lacarrau a accepté de répondre aux questions des lecteurs du journal régional. Interrogée sur ses origines aveyronnaises – elle est née à Villefranche-de-Rouergue et a grandi près de Perpignan – la journaliste s’est confiée sur les difficultés liées à son statut de “provinciale à Paris”. Et la remarque qui revient le plus souvent concerne… son accent. “Parfois c’est gentil et mignon, et parfois on sent les moqueries. J’ai toujours décidé que je ne voulais pas que cela m’atteigne”, explique-t-elle à nos confrères. Et c’est justement cet accent qui lui a valu de nombreuses critiques de la part des téléspectateurs de TF1. “Malgré tout, je reçois encore aujourd’hui des courriers me disant que je ne parle pas français”, indique la star du 13 Heures, avant d’ajouter : “Si je l’ai d’abord pris pour moi, j’ai surtout pensé à ces millions de Français qui ont un accent et que l’on ne comprend soi-disant pas.”

Pourtant, Marie-Sophie Lacarrau assure “gommer” son accent en prenant l’antenne. “Paraît-il que lorsque je suis à la rédaction et que je reçois un appel du ‘Sud’, il ressort. Mais encore une fois, tout cela n’est pas calculé : je ne me suis jamais dit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite