Marion Bartoli humiliée par son ex : elle dévoile quel a été son déclic pour le quitter

Nous sommes le 6 juillet 2013. Marion Bartoli s'agenouille sur le gazon londonien et lève les bras au ciel. Les yeux rivés vers son père Walter, la jeune femme sait qu'elle vient de réaliser son rêve d'enfant. En battant l'Allemande Sabine Lisicki, la Française vient d'inscrire son nom au palmarès du plus prestigieux des tournois de tennis. À Wimbledon, la native du Puy-en-Velay rentre définitivement dans le panthéon du sport français. Quelques mois plus tard, à la surprise générale, Marion Bartoli annonce sa retraite sportive, usée par les douleurs et les blessures. Si son corps a subi les affres du sport de haut niveau, il va surtout changer de manière incroyable les années qui suivent. En un an, la jeune femme perd près de 30 kilos. En 2016 elle passe tout près d'un arrêt cardiaque. Au bout du rouleau, carencée en fer, Marion Bartoli apparaît très affaiblie. Anorexie ? Mystérieux virus ? Les questions se posent alors sur l'état de santé de la championne.

Marion Bartoli explique pourquoi elle a quitté son ex

Elle racontera plus tard qu'elle sortait en réalité d'une relation destructrice. L'ancienne sportive de haut niveau a été brimée et humiliée pendant dix-huit mois par son compagnon qui lui imposait un régime drastique. "La torture psychologique était atroce", expliquait-elle au Figaro, à l'occasion de la sortie de Renaître (Ed. Flammarion), son livre confession paru en 2019. "Mon poids était en adéquation avec une personnalité réduite à rien. J'étais devenue transparente. On me disait on ne te voit plus. Je n'avais plus de voix… Mon ancien compagnon m'a tellement répété que j'étais complètement nulle que j'ai disparu.", confiait-elle alors. Si Marion Bartoli a sorti la tête de l'eau, c’est grâce à une demande en mariage. "Ça a été un déclic pour moi parce que je me suis dit : ‘C’est hors de question que ce mec soit le père de mes enfants, c’est juste totalement impossible’. Donc effectivement, je l’ai mis à la porte", raconte-t-elle dans un podcast pour le média

(...) Cliquez ici pour voir la suite