Marlène Schiappa décrit sa "nuit d'amour idéale"

Marlène Schiappa se confie à coeur ouvert. Ça tombe bien, en ce jour de Saint Valentin. La secrétaire d’état chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a répondu aux questions du magazine ELLE vendredi 14 février 2020. Le défaut qu’elle préfère chez l’autre et chez elle-même, son menu idéal, le personnage qui la fascine, la cause qui la mobilise, la phrase qui l’a marquée, l’endroit où elle se sent le mieux, sa musique culte, son grand regret, son dernier SMS, son geste pour sauver la planète, le compte Instagram qu’elle aime suivre, sa première et sa dernière fois… la Ministre, âgée de 37 ans, se raconte dans les colonnes de l’hebdomadaire. Celle qui porte la “Grande cause du quinquennat” du président de la République Emmanuel Macron, l’égalité femmes-hommes, va même jusqu’à décrire sa “nuit d’amour idéale” à nos consoeurs : “Celle où mon téléphone ne sonne pas toutes les cinq minutes, ce qui est devenu assez rare…” glisse la femme politique, également autrice d’une vingtaine d’ouvrages.

Cédric Bruguière, son compagnon, se décrit comme un "homme de l'ombre"

En mars 2018, Cédric Bruguière, le compagnon de Marlène Schiappa, se confiait dans les colonnes de Paris Match. “Il faut accepter d’être l’homme de l’ombre, l’homme invisible… Mais c’est un confort l’anonymat. Il y a des moments où je m’identifie au prince Philip”, avouait le consultant en ressources humaines et essayiste avec qui elle a deux filles. À propos des critiques qui, très vite, ont visé la politicienne dès sa nomination, il déclare : “Au début, ça nous a affectés, mais il y a un manque de créativité dans la méchanceté. Sa meilleure arme, c’est son aplomb.” Un an plus tôt, dans les colonnes du même magazine, Marlène Schiappa avouait se donner corps et âme à son travail, déclarant n’être jamais rassasiée. “Au moment où ma fille est née, je créais une entreprise, j’écrivais des livres et je prenais des cours du soir…” Mais sa plus grande fierté reste ses enfants “même si c’est un peu ‘quiche’”, dit-elle,

(...) Cliquez ici pour voir la suite