Marlène Schiappa et Gérald Darmanin répondent à l’appel d’une maman, agressée par un voisin avec son bébé

·2 min de lecture

Son témoignage a rapidement fait le tour des réseaux sociaux, et a surtout indigné la France entière. Samedi 13 février 2021, Amélie Challeat a partagé un long message sur son compte Instagram pour dénoncer l’agression dont elle venait d’être victime. En légende d’une photo d’elle, le visage tuméfié et son nouveau-né dans les bras, la jeune maman écrit : “Mardi 10 février, je me suis faite agresser par un voisin en revenant de l’hôpital avec mon bébé né extrême prématurée.” Amélie Challeat raconte que cet homme “âgé, blanc et riche” n’aurait pas “supporté” qu’elle gare sa voiture devant l’immeuble, le temps de rentrer mettre sa fille Shéérazade au chaud. “Cet homme a voulu m’empêcher de rentrer chez moi avec mon bébé et m’a frappée au visage. Il a envoyé son poing, de toutes ses forces, dans mon visage alors que je tenais la poussette de mon bébé. Je suis tombée par terre et j’ai perdu connaissance un bref instant”, explique la jeune femme, encore sous le choc.

Son compagnon, Hamza, s’est alors rendu au poste de police avec l’agresseur. Et depuis, le couple ne parvient pas à porter plainte. “J’essaie d’obtenir un rendez-vous pour ne pas attendre pendant 4 heures au commissariat, avec ma fille, trop fragile pour le supporter. Aujourd’hui la police refuse de me donner un rendez-vous et me dit que je dois me présenter et attendre comme tout le monde. Aujourd’hui nous sommes en 2021, une femme avec son bébé malade, peut se faire frapper, et ne peut pas porter plainte. Les policiers ont plutôt conseillé à Hamza de ‘trouver une entente entre voisins’”, s’insurge Amélie Challeat. Finalement, elle a choisi d’interpeller directement les ministres Gérald Darmanin et Marlène Schiappa, ainsi qu’Emmanuel Macron : “Est ce que le combat contre la violence faite aux femmes est toujours cause nationale ?”

Les réactions ne se sont pas fait attendre. La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté a répondu à cet appel le jour-même, via son compte Twitter. “J’ai été alertée sur ce post en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite