Marlène Schiappa : ce qu'elle interdit absolument à ses filles

·1 min de lecture

Cible de nombreuses attaques sur les réseaux sociaux, Marlène Schiappa a décidé de passer à l'offensive : la ministre déléguée à la Citoyenneté a porté plainte pour harcèlement. "L’engagement politique ne saurait justifier les raids numériques. Face à une vague de cyberharcèlement incluant des menaces de mort, j’ai déposé plainte et demandé à Twitter d’agir", a-t-elle expliqué sur Twitter mercredi 10 mars 2021. En attendant la réaction de la plateforme, Marlène Schiappa a décidé de passer son compte en privé. "J'en suis la première navrée", a-t-elle précisé dans un second tweet. Ce n'est pas la première fois que la femme politique de 38 ans porte plainte pour des faits similaires, en s'appuyant sur la loi d’août 2018 qui porte son nom et qui sanctionne ce genre d'attaques. Mère de deux filles nées de son amour pour son mari Cédric Bruguière, consultant en ressources humaines et essayiste, Marlène Schiappa tente de les préserver au maximum.

Pour y arriver, elle leur interdit d'ailleurs de taper son nom sur internet. "C'est une consigne explicite ! Ça m'est déjà arrivé d'enlever une tablette des mains de l'une de mes filles parce que je me suis aperçue qu'elle était en train de taper mon nom sur un moteur de recherche", a-t-elle expliqué à Télé-Loisirs dans le podcast Parents d'abord, dimanche 14 mars 2021. Sa réaction a été ferme : "Je lui ai dit : 'Tu sais que c'est interdit, tu n'as pas le droit de le faire. Tu ne cherches pas d'informations sur maman. Si tu veux savoir des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite