Marlène Schiappa : l’heure du bilan après le Grenelle des violences conjugales

Katell Pouliquen

Le 25 novembre, journée mondiale contre les violences faites aux femmes, marque la fin du Grenelle. Sur les propositions qui ont émergé des groupes de travail, lesquelles seront retenues ? Réponses en avant-première de la secrétaire d’Etat à l’Egalité Femmes-Hommes, Marlène Schiappa.

ELLE. Les attentes autour du Grenelle sont immenses. Les moyens annoncés seront-ils à la hauteur ?

Marlène Schiappa. Il y a énormément de débats sur la question des moyens, mais je vais vous donner un chiffre, émanant de la direction du budget de l'Etat : pour 2020, 1,116 milliard d’euros sera mobilisé pour l'égalité femmes-hommes. Ce montant inclut la plateforme de signalement aux policiers et aux gendarmes arretonslesviolences.gouv.fr disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ou les subventions aux associations qui ont en moyenne augmenté de plus de 21 % par an depuis 2017. Autre exemple : les bracelets d'éloignement vont coûter 5,6 millions d’euros pour le lancement en 2020, auxquels nous ajoutons 1,8 million par an pour le fonctionnement.

ELLE. Quelles sont les mesures phares qui seront annoncées le 25 novembre ?

Marlène Schiappa. La première est la réquisition des armes à feu des conjoints visés par des plaintes. On parle souvent d'une femme « morte sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint » : en réalité, les statistiques du ministère de l'Intérieur sur ces dix dernières années prouvent que le principal mode opératoire est l'arme à feu, dans 31,8 % des féminicides selon l'étude sur les morts violentes au sein du couple du ministère de l'Intérieur. Si, dès que la femme porte plainte, dès l'ouverture de l’enquête, il y a une saisie de l'arme, on mettra de nombreuses femmes à l'abri.

ELLE. Le suicide forcé sera-t-il une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi