Maroquinerie, l'exotisme dans la peau

Nicolas Krief

Si certaines maisons de luxe ont abandonné le cuir exotique sous la pression de l’association Peta et du végan triomphant, les ateliers de peaux précieuses ne cessent pourtant d’ouvrir en France. Visite de la nouvelle manufacture Louis Vuitton, écrin de ce savoir-faire d’exception

Un silence religieux nous envahit quand on passe la porte de la cour du cloître de l’abbaye de La Trinité de Vendôme, fondée en 1033 par Geoffroy Ier Martel, comte de Vendôme, où se situe le nouvel atelier de maroquinerie Louis Vuitton, dédié notamment aux cuirs précieux comme le crocodile, l’alligator, le python ou l’autruche. Un exotisme bien loin de la fonction originelle de ce monument de 3500 mètres carrés qui était, au XVIIIe siècle, le réfectoire des moines bénédictins mauristes, avant d’accueillir plus tard la gendarmerie et d’autres activités liées à cette commune de Loir-et-Cher, historiquement haut lieu de tannerie et de ganterie. Après trois ans de travaux, sous la supervision des Bâtiments de France, et un budget de 18 millions d’euros, l’atelier de l’abbaye est aujourd’hui l’un des écrins les plus pointus du savoir-faire français en maroquinerie.

Lire aussi:Cuir de champignon, la mode part en cueillette

Chez Louis Vuitton , la filiale locomotive de LVMH, les belles affaires semblent plus que jamais dans le sac. Selon le cabinet d’analyses boursières Citi, 75% de ses 17,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2021 proviennent de la vente de ses it bags. Le compagnon de ces dames insatiables de shopping d’exception a la cote et provoque des listes d’attente démentielles quand il s’agit des cuirs reptiliens, au grand dam des défenseurs de la cause animale et de la prise de conscience générale du bien-être de nos amis les bêtes.

(...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles