Marseille : 33 morts par balles, 2022 année meurtrière

Panoramic / Bestimage

À Marseille, l’année 2022 est la plus meurtrière depuis ses douze dernières années. Après le décès d’un jeune footballeur d’Aubagne, survenu dans la soirée du vendredi 23 décembre dans le quartier des Arvanaux, puis la mort d’un jeune homme touché par un tir mortel à la tête dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 décembre, non loin de la cité La Marine Bleue, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a fait état de 60 faits d’homicides ou tentatives liés aux trafics de stupéfiants, sur l’année 2022. Ces faits dont la plupart sont motivés par des règlements de compte, ont provoqué la mort de 33 personnes, comme l’a indiqué France 3, le 26 décembre 2022. Parmi ces décès, "il y a de plus en plus de victimes collatérales, qui ne sont pas forcément impliquées dans du trafic de stupéfiants, qui sont juste là parce qu’elles habitent dans ces quartiers", a dénoncé le collectif des familles des victimes de la cité phocéenne, par le biais de leur représentante, Me Karima Meziene.

De plus, le collectif des familles de victimes a pointé du doigt "les dysfonctionnements au sein de l’institution judiciaire et policière". En effet, comme l’a expliqué l’avocate, "les familles de victimes sont confrontées au silence de la justice", puisque les "assassinats restent impunis". Selon Me Karima Meziene, de nombreuses familles voient leur dossier être classé sans suite, et ce manquement de la justice entraîne "un sentiment de sur puissance" de la part des meurtriers. Toutefois, la représentante (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite