Marwan Berreni : “si je renversais quelqu’un…”, ses propos alarmants après l’affaire Pierre Palmade

Un mois et demi après sa disparition, l'acteur Marwan Berreni reste introuvable. Ce dernier n'a pas donné de signe de vie depuis le 3 août, après un accident de la route dans lequel il pourrait être impliqué. Les faits se sont passés à proximité de la boîte de nuit le Club 400 à Mâcon, aux alentours de 23 heures : une femme âgée de 37 ans traversait un passage piéton lorsqu'elle a été renversée par un véhicule. La victime a été transportée au centre hospitalier de Mâcon pour de nombreuses fractures qui lui ont valu une incapacité totale de travail de 28 jours. Le conducteur de la voiture, quant à lui, a pris la fuite. Et ce dernier pourrait bien être Marwan Berreni, connu pour son rôle dans Plus belle la vie. En effet, l'acteur aurait passé une partie de la soirée dans la boite de nuit et le véhicule de type 4X4 « susceptible de pouvoir correspondre au véhicule impliqué dans l’accident » serait le sien, selon certaines sources.

Marwan Berreni : "Je me foutrais en l'air"

Ce mardi 19 septembre, Nathalie Marquay était invitée dans l'émission de Touche pas à mon poste, diffusée sur C8. La comédienne, qui a passé ses vacances avec Marwan Berreni quelques jours avant l'accident, a décidé de prendre la parole au sujet de sa disparition. Elle est d'ailleurs revenue sur une conversation qu'ils avaient eue sur l'affaire Pierre Palmade. "Moi, si un jour je renverse quelqu'un, je me foutrais en l'air. Je ne le supporterais pas et je ne veux (...)

Lire la suite sur Closer

Mort de Patrice Charlemagne à Dunkerque : coup de théâtre dans l'enquête
TÉMOIGNAGE. “Maman très occupée, je gagne plus de 100 euros par jour sans rien faire avec mon activité parallèle”
Charles III en France : looks coordonnées… ce clin d’oeil mode de la reine Camilla et Elisabeth Borne à Elizabeth II
TÉMOIGNAGE. "Mon fils n'avait plus assez d'argent sur son compte, l'école lui a interdit de manger"
Deux adolescents piratent des dizaines d'établissements scolaires pour y semer la panique