Maskné : voici comment avoir une belle peau sous le masque

Christine Vilnet
·1 min de lecture

Pour éviter le phénomène du « maskné », autrement dit l’acné dû au masque, quelques réflexes s’imposent. On fait le point.

La peau souffre-t-elle sous le masque ?

Oui, car, avec un masque, en plus des frottements répétés, elle se retrouve sous cloche dans un milieu humide et chaud. Résultat, on peut voir apparaître des rougeurs et des irritations, en particulier sur les joues, où le masque est le plus mobile, mais aussi des microkystes ou des boutons sur le pourtour de la bouche et les mâchoires. Les phototypes très clairs, eux, peuvent constater une exacerbation de la rosacée (ou couperose).

Faut-il revoir ses habitudes ?

Quel que soit son type de peau, mieux vaut éviter les formules trop riches, au risque de boucher les pores et d’accentuer la production de sébum, déjà stimulée par le port du masque. On privilégie donc un soin léger, choisi en fonction de ses besoins (rougeurs, comédons) à appliquer au moins une demi-heure avant de se masquer. Mais le geste indispensable pour réduire les multiples signaux de détresse cutanés reste un nettoyage minutieux le matin et le soir avec un produit doux adapté.

Comment traiter à la fois déshydratation et imperfections ?

Bien vus, la plupart des soins régulateurs anti-imperfections contiennent aussi des agents hydratants. De plus, une pulvérisation sur le visage d’eau thermale ou d’eau florale (bleuet, lavande, géranium) avant de changer son masque réconforte les épidermes sensibles.

Doux Développée pour les peaux grasses et sensibles, sa formule nettoie l’épiderme sans...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi