Masque "obligatoire" pour collégiens et lycéens dès le 11 mai, selon le Conseil scientifique

AFP
Le Conseil scientifique réclame le port du masque obligatoire pour collégiens et lycéens dès le 11 mai (photo d'illustration)

CORONAVIRUS - Les collégiens et lycéens, mais aussi leurs enseignants, devraient porter un masque antiprojection à la reprise des cours à partir du 11 mai pour éviter une propagation du coronavirus, recommande le Conseil scientifique dans un rapport publié ce samedi 25 avril.

“Le Conseil scientifique considère que pour les collégiens/lycéens pour lesquels la compréhension est bonne et l’éducation au port de masque est possible, le port de masque doit être obligatoire”, indique le Conseil, qui considère en revanche le port du masque “impossible” en maternelle en vue du déconfinement.

Lorsqu’ils ne peuvent pas porter de masque, notamment pendant les repas, “les élèves et le personnel des établissements scolaires devront s’organiser pour respecter la règle de distanciation sociale”, selon ce rapport de dix pages transmis vendredi aux autorités.

Réduire le “brassage des élèves”

Le jour de la rentrée, les enfants devront bénéficier d’une information pratique sur la distanciation sociale, les mesures barrière et l’hygiène des mains. Le Conseil recommande également une stratégie visant à réduire “le brassage des élèves”, pour éviter “la fermeture de tout un établissement en cas de découverte d’un cas positif”. 

Les établissements devraient faire en sorte que les élèves d’une classe ne croisent pas les élèves d’une autre classe ou que les élèves d’un même niveau ne croisent pas les élèves d’un autre niveau. Et “si c’est possible”, qu’ils déjeunent tous en classe, à leur table.

Les règles de distanciation sociale devraient être adoptées dans tout l’établissement, les tables étant notamment écartées d’un mètre en classe. 

Si l’espace est insuffisant, les établissements scolaires “devront réfléchir avant ouverture au rythme auquel ils peuvent accueillir les enfants dans de bonnes conditions sanitaires (un jour sur deux, 1 semaine sur 2, le matin vs l’après-midi...)”.

Dépistage massif “pas envisageable”

Pour aller à l’école, “une multiplication de l’offre” devrait “permettre de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post