Masque de protection contre le coronavirus : le tuto facile d’un médecin pour le réaliser à la maison en 2 min avec trois objets

C.B

Le masque de protection contre le coronavirus ? Un produit aussi introuvable que le papier toilette ou un paquet de pâtes… Alors que la France souffre d’une pénurie de masques, de nombreux tutos fleurissent sur la Toile. Parmi eux, un a retenu toute notre attention : celui du professeur Daniel Garin, médecin et expert en risque biologique et infectieux. Voici ses conseils en vidéo pour réaliser facilement son masque de protection maison avec seulement trois objets du quotidien. 

Des prix exorbitants sur certains sites de vente en ligne, des pharmacies dévalisées depuis des semaines… En cette période de pandémie de coronavirus, s’il y a bien un produit sur lequel les Français jettent leur dévolu, ce sont bien les masques de protection. Sur Internet ou les réseaux sociaux, on ne compte plus le nombre de tutos pour réaliser soi-même cet objet tant convoité, avec du tissu, de la laine… Des solutions de fortune, certes, car ces masques de protection n’ont pas l’efficacité des masques de protection respiratoire utilisés par les professionnels de santé, comme l'explique Daniel Garin, médecin du travail, professeur agrégé du Val de Grâce et ancien Médecin du Service de Santé des Armées. Dans une vidéo diffusée sur la chaîne YouTube d’un laboratoire du très sérieux CNRS, l’expert en risque biologique et infectieux dévoile sa recette pour réaliser son propre masque de protection pour lutter contre le coronavirus. « Avec le lavage des mains et le gel hydroalcoolique, le port du masque est l’une des principales mesures permettant d’interrompe l’épidémie, explique Daniel Garin. On peut ajouter une troisième mesure importante : le confinement des personnes porteuses du virus. » 

Découvrez son tuto pour réaliser un masque de protection maison :

Matériel nécessaire : 

-Une serviette en papier ou du sopalin
-Des élastiques
-Une agrafeuse
-Du gel hydroalcoolique (ou, à défaut, bien se...


Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi