Les masques, stop ou encore ?

·1 min de lecture

Alors qu'Olivier Véran maintient l'obligation du port du masque à l'extérieur jusqu'à la fin du mois de juin, les experts s'affrontent. 

Les jusqu'au-boutistes            

Certains ont, semble-t-il, pris goût aux événements masqués. C'est le cas de Jean Castex, notre Premier ministre, qui voit dans le masque une habitude qui pourrait entrer dans les usages. Récemment, il déclarait au « Parisien » : « Le port du masque sera sans doute, à l'avenir, un moyen de protection naturel au-delà de la Covid. » Bonne ambiance !

Les prudents

Côté conseil scientifique, on est un peu plus optimistes, mais ce n'est pas non plus la bamboche, à l'instar de l'épidémiologiste Arnaud Fontanet qui pense qu'on pourra tomber le masque, mais pas sans conditions : seulement si on vaccine « 80 % des adultes » et qu'on passe « sous les 5 000 cas par jour ». Patience, donc… Et Olivier Véran de compléter : « On ne demandera pas aux Français de (le) porter un jour de plus qu'il n'est nécessaire. » Promis ?

Les rassuristes

Martin Blachier, épidémiologiste bien connu des écrans, a mis les pieds dans le plat sur CNews : « Je préconise d'arrêter le masque en extérieur. C'est une décision politique, puisque, sur un plan scientifique, il y a maintenant un consensus. » Ou comment bien entamer l'été pour l'Élysée…

Les optimistes

Pour Guillaume Barucq, médecin généraliste et adepte du surf à Biarritz, il n'y a rien de tel pour la santé qu'un bon bol d'air : « Le masque à l'extérieur ne sert absolument à rien […]. Et pour l'intérieur, je serais favorable à ce qu'on réfléchisse à lever le port...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles