Masturbation féminine : pas si fréquente que ça…

La rédac
·1 min de lecture

Des études très récentes en attestent : une majorité de Françaises ne se livre pas ou peu au plaisir solitaire. Pourquoi une telle désaffection ? Est-il souhaitable et possible d’y remédier ?

Presqu’un quart des Françaises ne se masturbent jamais et seules 14 % se livrent régulièrement à cette pratique, selon une enquête Ifop/Elle de février 2019. « Où en est la vie sexuelle des Françaises ? » Certes, la proportion des femmes qui recourent à l’auto-érotisme est en hausse constante et 76 % déclarent avoir déjà essayé au moins une fois dans leur vie, mais 23 % s’y livrent « rarement » et 36 % « parfois ». Quelles sont les raisons de ce manque d’enthousiasme ?

Une absence de désir

C’est le désir qui coince, selon une autre enquête de 2020 menée par Tenga, une marque de jouets sexuels. La majorité des non-pratiquantes ne ressent pas le besoin de se masturber, tout simplement. Soit parce qu’elles sont pleinement comblées par un(e) partenaire, soit parce qu’elles éprouvent peu de pulsions sexuelles. En revanche, il n’y a plus beaucoup de femmes qui culpabilisent de cette pratique, désormais considérée majoritairement comme saine et naturelle. Les freins moraux et religieux sont en net recul et le choix s’effectue donc plus librement.

Un manque de curiosité

Encore que… Peut-on vraiment parler de choix, si l’on n’a même pas l’idée de se toucher pour explorer son corps ? Dans un sondage des Nanas d’Paname et de Terpan Prévention, 24 % des répondantes dévoilent que leur première masturbation a eu lieu vers 18 ans ou même plus tard. Du coup, comment s’étonner si 22 % des...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi